Accueil  »  Gestion pénale des malades psychiques  »  Bref rappel du droit de l’irresponsabilité pénale  »  Jurisprudence sur la responsabilité pénale des personnes atteintes de troubles mentaux  »  Reconnaissance de l’irresponsabilité en cas de prise de produits stupéfiants ou d’alcool sous certaines conditions

Reconnaissance de l’irresponsabilité en cas de prise de produits stupéfiants ou d’alcool sous certaines conditions

La jurisprudence classique de la Cour de cassation en matière de produits stupéfiants ou d’alcool retient que la personne ne peut s’exonérer de responsabilité en alléguant une telle consommation. En revanche, cette faute peut, dans des cas de maladies mentales sévères, ne pas pouvoir être opposée aux personnes.

Cour de cassation, Chambre criminelle,  14 mai 1997,  N° 95-84279 https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriJudi.do?idTexte=JURITEXT000007570046

« soumis à un traitement anti-comitial lourd, B. était au moment des faits, sous l’empire d’un état alcoolique de 2,34 gr pour mille et se trouvait, dès lors, dans un état second où la volonté n’est plus intervenue que sous forme de réflexe totalement inadapté à la situation du moment; que, par ailleurs, aucun des actes commis par le demandeur dans la nuit du 5 au 6 janvier 1989 n’était cohérent, l’intéressé ne s’étant nullement rendu compte de sa méprise et se trouvant dans un état de totale désorientation (arrêt, page 15); qu’ainsi, en déclarant le demandeur coupable de blessures involontaires, la cour d’appel n’a pas tiré les conséquences légales de ses propres constatations, d’où il résultait nécessairement qu’au moment des faits, B… était atteint d’un trouble psychique ayant aboli son discernement ; »

Cour de cassation, Chambre criminelle, 12 mai 2010, N° 10-80279 (https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriJudi.do?oldAction=rechJuriJudi&idTexte=JURITEXT000022340326&fastReqId=867843682&fastPos=1) :

La chambre de l’instruction rend une ordonnance de non-lieu fondée sur l’irresponsabilité pénale de la personne. La partie civile forme un pourvoi en cassation.

Plusieurs expertises psychiatriques conduisent à l’abolition du discernement de l’intéressé pour cause de schizophrénie.

Les experts révèlent une telle atteinte de la personne mise en examen par la schizophrénie que le motif antisémite qui aurait pu présider à la commission des faits (celui-ci étant dans son entourage proche alimenté par une thématique antisémite, puisque sa mère avant d’être elle-même internée tenait des propos antisémites) n’est pas retenu par les experts psychiatres qui considèrent que le passage à l’acte s’est fait dans un contexte délirant dont l’auteur n’a même pas conscience.

Le collège d’experts (trois experts près la Cour de cassation) met en exergue une pathologie qui colonise la totalité du champ psychique. Le sujet est soumis à une force psychotique à laquelle il ne peut résister.

La chambre de l’instruction affirme que la méconnaissance par les experts du casier judiciaire de l’intéressé ne saurait remettre en causes leurs conclusions dès lors qu’ils ont eu connaissance de son dossier médical.

Elle affirme également que ce collège d’experts n’avait pas à répondre aux avis formulés par les experts choisis par les parties civiles puisque ceux-ci n’avaient pas examiné le mis en examen ni pris connaissance de son dossier médical.

Elle affirme enfin, au sujet d’une responsabilité pénale dont l’intéressé ne pourrait au regard de la jurisprudence classique de la Cour de cassation en matière de cannabis s’exonérer en alléguant une telle consommation, que celle-ci est en l’espèce sans incidence sur un éventuel rétablissement de responsabilité puisque la maladie mentale sévère le prive de toute lucidité sur son état. Il n’a pas la capacité d’agir volontairement quand il omet de prendre ses médicaments ou quand il fait usage de stupéfiants ou d’alcool. Ce qui signifie que la faute qui peut être opposée à une personne poursuivie concernant la prise de produits stupéfiants ou d’alcool et qui entrainerait une responsabilité pénale peut dans des cas de maladies mentales sévères ne pas pouvoir être opposée aux personnes.

La partie civile reproche à la chambre de l’instruction de ne pas avoir suffisamment répondu à certains raisonnements qu’elle présentait :

  • Une juridiction de jugement n’avait pas reconnu l’irresponsabilité pénale de l’intéressé pour des faits de trafic de stupéfiants commis quelques jours avant l’assassinat ;
  • Les juges ne pouvaient s’en remettre purement et simplement aux conclusions des experts pour déterminer l’existence ou non de l’élément intentionnel.

La Cour de cassation rejette le pourvoi en considérant que la chambre de l’instruction avait suffisamment motivé sa décision au regard des différents argumentaires qui lui étaient présentés.

La force probante des expertises psychiatriques faisant l’unanimité doit être constatée.

Cour de cassation, ch. criminelle, Arrêt n°404 du 14 avril 2021 (20-80.135) (Affaire Sarah Halimi) : https://www.courdecassation.fr/jurisprudence_2/chambre_criminelle_578/404_14_46872.html

La Chambre criminelle de la Cour de cassation a rendu un arrêt précisant les conditions de reconnaissance de la responsabilité pénale prévue à l’article 122-1 du Code pénal. Elle devait juger de la responsabilité pénale d’un homme, accusé des faits de séquestration d’une famille et du meurtre d’une femme. La situation est aggravée par le caractère antisémite de l’acte. 

L’intéressé souffrait de bouffées délirantes aigües au moment des faits en raison d’une consommation régulière de cannabis. Deux des trois expertises psychiatriques réalisées concluent à l’abolition de son discernement. 

La Cour de cassation se range à l’avis majoritaire des psychiatres. Elle déclare, pour la première fois, la personne irresponsable alors même que son absence de discernement est causée par la consommation régulière de stupéfiants. La plus haute juridiction explique que l’article 122-1 « ne distingue pas selon l’origine du trouble psychique ayant conduit à l’abolition de ce discernement. » 

Cette décision est suivie d’une importante polémique médiatique et politique. Le président de la République Emmanuel Macron souhaite une réforme du droit de la responsabilité pénale. 

Quelques liens pour comprendre l’affaire :

Chapitres connexes :
  • Reconnaissance de l’abolition du discernement
  • Cassation d’un arrêt reconnaissant l’irresponsabilité pour vice de forme
  • Rejet d’une demande de reconnaissance d’irresponsabilité
  • Accueil  »  Gestion pénale des malades psychiques  »  Bref rappel du droit de l’irresponsabilité pénale  »  Jurisprudence sur la responsabilité pénale des personnes atteintes de troubles mentaux  »  Reconnaissance de l’irresponsabilité en cas de prise de produits stupéfiants ou d’alcool sous certaines conditions